Cyclisme professionnel

Generalites sur le Velo - Histoire du Velo - Course a Velo - Les Premiers Grands Champions - Industrie du Velo - Sociologie du velo - Democratisation du Cyclisme - Identite du VeloCyclisme Professionel - Le Cyclotourisme - Cyclisme Feminin - Les Bicyclette pour Enfants 


Le cyclisme devient une profession

  

Les cyclistes comprirent qu'ils pouvaient vivre de leur profession. Les grands fabricants de bicyclettes firent entrer l'argent dans les courses, en les professionnalisant. Au debut du xxe siecle, la plupart des membres du peloton etaient des ouvriers et des paysans qui gagnaient a peine de quoi manger, mais il est tout aussi verifie que les etoiles du moment remportaient de coquettes sommes en courant sur les machines que fabriquaient les grandes compagnies. La remuneration mensuelle que per­curent certains grands cyclistes etait revelatrice de ce nouvel etat de choses. Si jusque que la, les sportifs avaient combattu pour la gloire et, parfois, pour quelque petite recompense materielle (une bicy­clette, des pneus, un trophee, etc…) desormais les grosses sommes d'ar­gent jouaient un rele decisif dans le monde du cyclisme, au sein d'une relation commerciale qui echangeait sueur et epopee contre un salaire et d'importantes primes a chaque victoire decrochee. De fait, nous  savons qu'entre 1900 et 1910, les grands champions tou­chaient a la fin du mois un salaire 50 fois superieur a celui d'un ouvrier.

Ce fut le Tour de France qui ouvrit le chemin car, des 1903, les huit premiers coureurs de chaque etape remportaient un prix en especes, tan­dis que les cinquante premiers du classement general percevaient comme "indemnisation de frais de route" un total de 95 francs (a raison de 5 francs par jour), a condition, evidemment, de ne pas avoir gagne plus de 200 francs de prix tout au long de la course.
Au total, le
Tour de France distribua
20 000 francs en louis d'or de 20 francs: ­une veritable fortune! Beaucoup d'entre eux avaient meme des revenus insenses depuis longtemps, car a l'epoque, dans un monde sans television et presque pas de radio, le cyclisme constituait une publicite mobile, itinerante, utile a cet objet de desir des classes ou­vrieres.  Pour cette raison, le bi­nome competition-champions etait synonyme de grandes ventes.  Cette spirale fut lancee en 1912, lorsque le Tour de France commenca a se disputer par equi­pes de marques de bicyclettes, comme aujourd'hui, a une echelle superieure. Toutefois, la magie des Six Jours (144 heures de course non­stop) s'est perdue petit à petit, a cause du salaire eleve que les mai­sons fabriquantes donnaient aux cyclistes, et surtout a cause des grandes primes qu'offrait le public afin de revitaliser un spectacle un peu somnolent: les plus genereux etaient les grands construc­teurs parisiens et les ame­ricains millionnaires qui venaient a Paris terminer leurs soirees au velodrome. Les genereuses dames jetaient sur la piste des pieces d'or par poignees. L'argent de­vint le moteur de ces celebrations cyclistes.




Contact | Recommander Velo Paris | Livre d'Or | Annuaire | Forum | Petites Annonces | Acces Rapide | F.A.Q. | Recrutement | Partenaires | Publicité

Signaler un lien mort

Velo Paris : Visite de Paris en velo - Copyright VéloParis 2006

Partenaires : Too-Velo